Sainte ADÈLE, vierge, abbesse en Brabant (650)

Adèle se voua à la vie religieuse sur la montagne qui est près d'Orp-le-Grand, dans le Brabant. Elle dirigeait là, dans le VIIe siècle, un monastère de vierges qu'elle avait rassemblées dans le but particulier d'exercer l'hospitalité envers les pèlerins, surtout envers les prédicateurs de l'Évangile. Voyant que la hauteur et la difficulté de la montagne en empêchaient plusieurs de venir au monastère, elle fit bâtir dans le fond de la vallée, au pied de la même montagne, une église dédiée à saint Martin, avec un monastère et un hospice, et s'y établit avec ses religieuses.

On assure qu'elle était la soeur de saint Bavon, patron de Gand, qui naquit dans la Mesboie où il possédait un vaste patrimoine. C'est l'avis de Molanus, qui dit avoir découvert cette parenté dans un vieux missel de l'ancien prieuré de Saint-Bavon.

Lorsque, comblée de mérites, elle eut passé de cette vie à une meilleure, elle fut ensevelie dans l'église d'Orp-le-Grand, qu'elle avait fait bâtir avec ses grands biens. Elle y reposa dans une crypte, devant l'autel de Saint-Jean-Baptiste, jusqu'au jour où ses reliques sacrées furent levées de terre et placées dans une chasse. Dieu les a honorées de différents miracles, et les habitants d'Orp les suivent chaque année dans une procession solennelle.


Sources :

« Ste Adilie ou Adile, vierge et abbesse, en Brabant (vers 650) », dans Paul Guérin, Les Petits Bollandistes : du 14 juin au 2 juillet, t. VII, Paris, Bloud et Barral, 1876, p.544 (en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k30737v/f550.item.texteImage#)